Articles, English

The Reasons to Proclaim or to Restore Autocephaly in the 20th and 21st centuries

The delegation of the Ecumenical Patriarchate grating autocephaly to the Church of Poland in 1924.

The organisation of the Orthodox Church worldwide has profoundly changed during the 20th century due to the restoration or the proclamation of several autocephalous local Churches. Indeed, some local Churches, that had in the past centuries an honorific patriarchal status because their country had been in the past an independent kingdom from the Byzantine Empire, were restored as autocephalous and patriarchal Churches by the Ecumenical Patriarchate, but always in the limits of concrete state implying concrete geographical borders. This was the case of the Churches of Serbia (1920), Romania (1885 for the restoration of autocephaly, 1925 for the restoration of the patriarchate), Bulgaria (1953) and Georgia (1990). In each of these cases, the major reason for the restoration of their autocephaly and of their patriarchal status was the independence of their state either from the Ottoman empire (in the case of the first three) or from the Russian empire (for the Church of Georgia, in 1917). Although the process of the canonical proclamation of the restoration of their autocephaly by the Ecumenical Patriarchate took in certain cases a long period — in the case of the Church of Georgia, although the restoration of autocephaly was recognised 26 years later by the Church of Russia (in 1943), when both Georgia and Russia were under the Soviet Regime, it took 73 years to be canonically proclaimed by the Ecumenical Patriarchate (in 1990) —, the pleroma of the Orthodox Church did not have any major problem to accept and approve the restoration of the autocephaly and of the patriarchal status of these local Churches since they were considered in high esteem and respected as such by the conscience of the Orthodox Church. Continue reading

Standard
Français, Homélies

Dimanche du Triomphe de l’Orthodoxie

Notre Sainte Église célèbre en ce dimanche le triomphe de l’Orthodoxie. Mais de quelle orthodoxie célébrons-nous le triomphe ? Serait-ce la supériorité d’une orthodoxie confessionnelle sur d’autres confessions chrétiennes ? Mais tel n’est point l’objet de notre célébration de ce jour. Nous célébrons aujourd’hui l’orthodoxie de la foi, c’est-à-dire la manière droite, la manière juste d’enseigner et de louer Dieu. La solennité d’aujourd’hui commémore en effet la victoire définitive sur l’iconoclasme en 843. L’iconoclasme, comme nous le savons, avait divisé l’Église et l’Empire durant tout un siècle.

Mais le problème que posait l’iconoclasme n’était pas un simple problème esthétique. La question qui se posait à l’époque n’était pas celle de l’utilité ou non d’utiliser une forme d’art dans nos églises. La véritable problématique, liée à la question de la vénération des icônes portait sur la personne de Jésus- Christ. En effet, la thèse fondamentale des iconoclastes revenait à dire que la chair humaine du Christ n’était pas vraiment celle de Dieu. Par conséquent, les iconoclastes ne pouvaient accepter que le Fils et Verbe de Dieu s’était fait chair et qu’il avait habité parmi nous (Jn 1, 14). Ils n’acceptaient pas que cette chair à laquelle s’était uni le Verbe de Dieu avait été sanctifiée par Lui. Par conséquent, les iconoclastes concevaient un Dieu totalement transcendant qui ne pouvait en aucun cas être contenu dans la chair, et encore moins être représenté par l’icône. Continue reading

Standard
Français, Homélies

Dimanche de tous les saints

Le premier dimanche après la Pentecôte clôt le cycle du Pentecostaire. L’hymnographie y est  consacrée à la mémoire de tous les saints, connus et inconnus, qui ne cessent d’intercéder pour l’Église terrestre. Certes, chaque jour de l’année liturgique fait mémoire d’un saint connu à qui nous demandons d’intercéder pour nous. Mais l’Église est consciente que les saints de Dieu, ceux dont « le nom est inscrit dans le livre de la vie » (Ap 20, 15) sont plus nombreux  que ceux dont l’Église célèbre la mémoire annuellement. Pour cette raison fut instituée la solennité du dimanche de tous les saints, lors de laquelle nous chantons : « Alors que nous célébrons la mémoire sainte, ô Christ Dieu, des ancêtres, des parents, des patriarches, des apôtres, des martyrs, des hiérarques, des prophètes et de tes saints, les ascètes et les justes, et chacun dont le nom est inscrit dans le livre de la vie, nous les invitons tous à intercéder alors que nous prions. Donne la paix à ton monde à travers eux, car tu aimes l’humanité, afin que nous puissions tous te clamer : O Dieu, glorifié dans le Conseil de tes Saints, Tu es vraiment celui qui glorifie convenablement leur mémoire » (cathisme après la 3e ode). Continue reading

Standard
Français, Homélies

Dimanche de la Pentecôte

Le huitième dimanche de Pâques clôt la période festive de la cinquantaine pascale qui était célébrée dans l’Église ancienne comme une seule et grande fête. Cette période de réjouissance était marquée par l’absence de jeûne et de génuflexion. Ceci explique pourquoi l’Église s’agenouille solennellement pour la première fois depuis Pâques aux vêpres, le soir du dimanche de la Pentecôte, et entame une période de jeûne, le jeûne des apôtres, après l’octave de la Pentecôte. Dès la fin du 4e siècle, la Pentecôte devint une véritable de la divinité du Saint-Esprit, proclamée au deuxième concile œcuménique de Constantinople en 381. La fête commémore la descente du Saint Esprit sur les Apôtres réunis dans la Chambre haute que décrit l’évangéliste Luc dans les Actes des Apôtres (2, 1-11) : « Toutes les nations ont vu des merveilles en ce jour dans la cité de David, lorsque l’Esprit saint descendit sous la forme de langues de feu, comme le divin Luc nous l’a rapporté. Les Disciples du Christ se trouvant réunis, soudain retentit du ciel un fracas, une violente bourrasque de vent, et ce bruit remplit toute la maison où ils siégeaient ; et tous, ils se mirent à parler en langues étrangères des doctrines nouvelles et des enseignements nouveaux de la sainte Trinité » (laudes). Continue reading

Standard
Français, Homélies

Sixième dimanche de Pâques

En ce sixième dimanche de Pâques, le Pentecostaire poursuit l’interprétation des passages clés de l’Évangile de Jean le Théologien qui sont à la fois des mystagogies du mystère de notre salut, de la mort et de la résurrection du Christ, mais aussi du mystère de notre baptême qui les a actualisées dans notre vie. L’évangile lu à la Divine Liturgie de ce jour est le récit de la guérison d’un aveugle de naissance (Jn 9, 1-41). Une fois de plus, l’aveugle né représente l’humanité en attente de salut. L’aveugle né souffre d’une cécité incurable par les hommes. Le Christ qui vient le guérir manifeste ainsi le Dieu créateur venu dans ce monde restaurer sa créature, celle qu’Il avait façonnée à partir de la terre (Gn 2, 7) à son image et à sa ressemblance (Gn 1, 26-27). Continue reading

Standard
Français, Homélies

Cinquième dimanche de Pâques

L’hymnographie du Pentecostaire propre au cinquième dimanche de Pâques poursuit l’exégèse des passages de l’évangile de Jean lus à la Divine Liturgie, la péricope de ce dimanche étant le long dialogue du Christ avec la Samaritaine (Jn 4, 5-42). L’hymnographie nous interpelle ainsi : « Écoutons Jean qui nous enseigne les saints mystères qui ont eu lieu en Samarie. Comment le Seigneur parla avec une femme, lui demandant de l’eau, lui qui rassemble les eaux dans leurs bassins, égal en majesté avec le Père et l’Esprit. Car Il est venu recherchant son image, lui qui est éternellement glorieux » (Ikos). Le thème de ce dimanche est ainsi posé : le Dieu Créateur vient sauver sa créature, créée à son image et à sa ressemblance (Gn 1, 26). Continue reading

Standard
Français, Homélies

Quatrième dimanche de Pâques

L’hymnographie du Pentecostaire propre au quatrième dimanche de Pâques interprète le passage de l’Évangile de Jean lu à la Divine Liturgie : la guérison du paralytique à la piscine Probatique, c’est-à-dire des brebis, qui avait cinq portiques (Jn 5, 1-15). Elle portait son nom car il s’agissait d’une piscine, située à Jérusalem non loin du Temple de Solomon, où l’on lavait le bétail destiné aux sacrifices rituels. L’évangéliste Jean nous dit que le Christ y arrive à l’occasion d’une fête des Juifs (Jn 5, 1). Saint Jean Chrysostome et saint Cyrille de Jérusalem y ont reconnu une allusion à la fête de la Pentecôte, alors que saint Irénée de Lyon y voyait la Pâque juive. L’hymnographe situe le miracle « au milieu de la fête », car il est commémoré par le Pentecostaire au milieu de la cinquantaine pascale : « Au portique de Solomon, gisait une grande foule de malades, et au milieu de la fête, le Christ, trouvant un paralytique qui y était couché depuis trente-huit ans… » lui dit : Lève-toi, prends ton grabat et marche (apostiches, doxastikon). Continue reading

Standard
Français, Homélies

Troisième dimanche de Pâques

L’office du troisième dimanche de Pâques dans le Pentecostaire reprend un certain nombre d’éléments. Tout d’abord, on y retrouve l’hymnographie de Pâques que l’on continue de chanter pendant une quarantaine de jours, jusqu’à la veille de l’Ascension que l’on désigne comme « la clôture de Pâques ». Dans l’Église ancienne, toute la cinquantaine pascale, qui débutait le dimanche de Pâques et se concluait le dimanche de la Pentecôte, était une période festive, comme un seul jour de fête, où était proscrit jeûne et génuflexion. C’est d’ailleurs pourquoi le livre liturgique accompagnant cette période porte le nom de Pentecostaire. Avec le développement des fêtes liturgiques, la période purement « pascale » fut réduite aux quarante premiers jours, les jours suivants reprenant l’hymnographie de l’Ascension. Continue reading

Standard
Français, Homélies

Cinquième dimanche du Carême

Le cinquième dimanche du Carême, le Triode commémore une figure représentant l’universalité du salut et de la vie spirituelle : sainte Marie l’Égyptienne, une ex-prostituée devenue ascète au désert. Commémorée le 1er avril, sa mémoire fut déplacée à ce dimanche pour être davantage solennisée, sans doute en lien avec l’office du grand canon pénitentiel de saint André de Crète chanté le jeudi précédent. La vie de sainte Marie l’Égyptienne incarne un repentir véritable qui nous est ainsi proposé par le Triode comme modèle. Continue reading

Standard
Français, Homélies

Quatrième dimanche du Carême

Le quatrième dimanche du Carême, le Triode fait mémoire de saint Jean Climaque, un moine qui vécut au Mont Sinaï au VIe-VIIe siècle, d’abord en communauté à Raithu, puis comme solitaire, avant d’être élu higoumène au monastère du Sinaï. La plus grande partie de l’hymnographie de ce dimanche lui est consacrée bien que les détails de sa vie nous sont peu connus : « Jean, sage Père tu as élevé ton esprit vers Dieu dans la foi. Tu as méprisé l’instabilité de la confusion du monde. Tu as pris ta croix, tu as suivi celui qui veille sur tout. Tu as asservi à ta pensée le corps difficile à contenir dans les gestes de l’ascèse par la force de l’Esprit divin » (vêpres, lucernaire). Continue reading

Standard